World Press Photo 2017

150 photos pour témoigner du monde 

 

Mevlüt Mert Altintas crie après avoir abattu l’ambassadeur Andrey Karlov, dans une galerie d’art à Ankara. © Un assassinat en Turquie Burhan Ozbilici, The Associated Press

Ce ne peut être que mise en scène, un geste théâtral. L’homme élégamment vêtu qui brandit le doigt, l’arme au poing après avoir tiré à bout portant dans le dos de l’ambassadeur de Russie en Turquie, est nécessairement un acteur. Cette réflexion liminaire du photographe turc Burhan Özbilici, témoin de l’assassinat d’Andreï Karlov par un policier turc dans une galerie d’art d’Ankara en décembre dernier, révèle l’absurdité de la scène qu’il saisira promptement. La série de clichés qui découle de l’évènement est en tête d’affiche de la 12e édition du World Press Photo, de passage à Montréal jusqu’en octobre. Échos propose ici un tour d’horizon des résultats du plus imposant concours de photojournalisme au monde.

 

Cuba après Fidel

Un barbier à l’oeuvre, dans le Vieux Havane, Cuba. © Cuba on the Edge of Change, Tomás Munita for The New York Times, Chile

Dans la catégorie Vie quotidienne (1er prix, volet Reportages), le journaliste chilien Tomas Munita tend l’objectif dans les rues de La Havane à la suite de la mort de Fidel Castro, survenu en novembre 2015. Dans un salon de barbier de la vieille ville, humide et jaune safran, de jeunes Cubains se rassemblent. Le délabrement des installations, rudimentaires, détonne de la précision du geste absorbé du barbier et de l’orgueil de l’homme juché sur la chaise haute. Le cliché rend compte de cette dichotomie cubaine, pays à cheval entre passé et avenir, entre tradition et modernité, posture certainement exacerbée par le décès du dirigeant Castro.

 

Au Brésil, la misère

Eduarda vit avec ses sept frères et soeurs dans un des blocs appartement abandonnés appelés ‘Jambalaya’ à Campo Grande, Rio de Janeiro, Brésil. © Copacabana Palace, Peter Bauza, Germany

Le photographe allemand Peter Bauza s’est mérité le troisième prix dans la catégorie Sujets contemporains, volet Reportages, pour sa série d’images saisies aux abords du complexe immobilier Copacabana, près de Rio, dans lequel vivent précairement quelque 300 familles. La jeune Eduarda, perchée à la fenêtre d’un immeuble anthracite, est songeuse. Quel avenir pour elle et ses sept frères et sœurs? Au-delà de la misère, oscille peut-être encore la lueur d’une vie meilleure.

 

Une lumière crue, mais sincère

Une tortue de mer nage, enchevêtrée dans des filets de pêche abandonnés, au large des côtes de Tenerife, dans les îles Canaries, au nord-est de l’océan Atlantique. © Caretta carretta piégée, Francis Pérez

L’exposition, inévitablement provoque: conflits armés et sanglants, en Syrie, en Irak, ou en Ukraine russophone; détresse de migrants abîmés dans la Méditerranée; fragilité de la faune assaillie ou victime collatérale de l’Homme, la propension au chaos semble inépuisable, la barbarie ne pas connaître de frontières. Au fil de ce parcours d’émotions aiguillonnées par un répertoire d’images éclectique, un constat : si la photographie permet essentiellement de figer le temps, c’est celui-ci qui souvent semble fixe et immuable. La permanence de turpitudes et l’incapacité patente de déloger des mœurs abjectes fâchent, voire révoltent. Pourtant, il y a forcément autre chose à ce brouillamini incessant. Le courage, la solidarité et la sollicitude dont témoignent certains clichés forment un contrepoids essentiel, un pendant qui au final vivifie et redonne espoir. L’exercice est en outre difficile, souvent laid, parfois beau, mais infiniment vrai.

 

Difficultés à lire ? Écoutez la version audio de cet article :

À propos de l'auteur

Olivier Béland-Côté

Laissez un commerntaire

Accessibilité