Longtemps réservée à la royauté, avant de se démocratiser, la gastronomie française possède depuis des siècles une réputation enviable partout dans le monde. Puisque son histoire est aussi riche que savoureuse, Pointe-à-Callière a concocté une exposition sur son évolution, ses règles, ses excès et ses saveurs : À table! Le repas français se raconte, présentée du 6 juin au 13 octobre 2019.

© Caroline Thibault

En France, l’acte de manger va bien au-delà du choix des aliments. Considéré par plusieurs comme un rituel presque sacré, le repas est une occasion de communion, de rencontres et de plaisirs. Et puisque de nombreuses coutumes québécoises ont été influencées par le Vieux continent, il est devenu évident pour le musée du Vieux-Montréal de mettre en lumière la cuisine française. « Lorsque l’art de la table à la française a été inclus au Patrimoine immatériel de l’UNESCO, nous nous sommes questionnés pour comprendre comment un trait culturel pouvait faire partie du patrimoine », explique Francine Lelièvre, directrice générale du musée.

Légère et fascinante, l’exposition illustre les différentes règles d’un repas gastronomique. « Il faut utiliser des produits de grande qualité, idéalement locaux, précise la directrice. Choisir une recette excellente. Dresser la table avec panache. Servir un apéro, un apéritif, un digestif et quatre services : une entrée froide, une chaude, le plat principal et le dessert. Suivre le protocole des services. Les invités doivent parler de nourriture à table. On doit sélectionner des accords mets et vins. Et vivre le tout dans le plaisir, sans confrontation ni chicane. »

© Caroline Thibault

Tel un enchaînement de différents services, l’histoire de la gastronomie française prend forme sous les yeux des visiteurs, du Moyen-Âge à aujourd’hui. De salle en salle, ils apprendront beaucoup de choses à propos des goûteurs, de l’absence de salle à manger il y a plusieurs siècles, de l’influence italienne dans la vaisselle, de l’arrivée des épices, de la mauvaise réputation des légumes jadis réservés à la plèbe, de l’influence de la religion sur la nourriture, des débuts de la codification de la gastronomie pendant le règne de Louis XIV, dont la passion pour la table et le désir de codification a mené à la création de la Nouvelle Cuisine et à l’incursion des légumes dans l’alimentation de l’aristocratie. Les visiteurs vont aussi découvrir plusieurs informations sur les potagers-jardins, la création d’une étiquette, la fin des repas royaux présentés devant public, l’arrivée du café, du chocolat et du thé, les accords mets et vêtements, l’effet Marie-Antoinette, l’usage d’un verre unique pour tous les convives autour d’une table, la création d’une porcelaine française et l’intérêt des grands écrivains pour la gastronomie en littérature.

L’exposition est constituée d’innombrables objets patrimoniaux prêtés par une vingtaine d’institutions françaises, des personnages d’époque campés par des comédiens sur vidéo, des tables raffinées montées pour le plus grand plaisir des visiteurs, d’un mur parsemé de friandises en mouvements, d’un hommage aux boissons, de la vaisselle, de la coutellerie, des œuvres d’art et plus encore.

 

Crédit photo bannière : Caroline Thibault

À propos de l'auteur

Samuel Larochelle

Samuel Larochelle

Laissez un commerntaire


Accessibilité