Le rêve continue pour le marché immobilier montréalais avec une année 2019 qui, de mois en mois, n’a cessé de pulvériser tous les records. La situation est telle que bon nombre d’agents immobiliers, victimes d’un succès grandissant dans le secteur, se retrouvent avec une pénurie de biens immobiliers à proposer.

Toronto et Vancouver n’attirent plus autant

Depuis des décennies, Toronto et Vancouver constituaient les deux places névralgiques de l’immobilier où la folie des grandeurs et la spéculation régnaient en maître. Les investisseurs faisaient la queue pour s’arroger une place dans l’une de ces villes qui constituaient les poumons du Canada.
Cependant, ces dernières années, les deux mégapoles ne sont plus aussi reluisantes aux yeux des acheteurs potentiels. Les prix y sont devenus outrageusement élevés et ainsi, le risque financier face à ces bulles financières galopantes est maintenant trop important pour prolonger l’intérêt vis-à-vis des investisseurs.

© Tourisme Montréal

Dynamique très favorable pour Montréal

La métropole québécoise voit le désintérêt des acheteurs pour Toronto et Vancouver lui être plus que favorable, alors que Montréal, qui jouit d’une qualité de vie exceptionnelle, reconnue à l’internationale, profitait déjà de très bons résultats dans le secteur immobilier.

En effet, en plus des investisseurs dont beaucoup originent du marché asiatique, bon nombre de personnes souhaitent résider dans cette ville apte à combler les attentes de toutes sortes de ménages, avec ses universités, son dynamisme économique, le charme de ses quartiers, sa renommée cosmopolite, sa richesse culturelle ou encore les festivités diverses et variées proposées tout au long de l’année.

De sorte que la ville ne connaît pas de temps morts dans le secteur immobilier, la saison estivale qui vient de s’achever a littéralement dépassé toutes les attentes, même les plus optimistes. Ainsi, dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, le mois de juillet a par exemple connu une augmentation de 16 % des ventes résidentielles par rapport à la même période l’année précédente.

À n’en pas douter, la saison automnale livrera elle aussi de très bons scores pour le marché immobilier montréalais, tous les indicateurs étant au vert.

Photo bannière: © MU, Ville-Marie, ElMac Gene Pendon (2017)
– Photo _ Henry MacDonald (@night.shotz) – Tourisme Montréal

 

À propos de l'auteur

Avatar

Francois Di Candido

Laissez un commerntaire


Accessibilité