Alors que 2018 avait déjà connu de nombreux travaux, les Montréalais ne semblent pas en avoir fini avec la multiplication de chantiers de grande ampleur qui se profile pour 2019.

 

Rue Sainte-Catherine: Un contrat de plus de 45 millions de dollars

Les commerçants et usagers de la principale rue achalandée de la ville devront s’armer de patience, tant les cônes orange et les sons assourdissants des engins de constructions rythmeront leur quotidien durant toute l’année, et ce, dès le mois de février.

En effet, jusqu’en décembre 2019, les marteaux piqueurs, pelleteuses et bétonnières règneront sur la célèbre artère commerciale afin d’entreprendre une série de travaux d’infrastructure visant à reconstruire un égout unitaire et plusieurs conduites d’eau.

Ce chantier gigantesque engendrera un investissement tout aussi important. C’est en effet un contrat total de 45,5 millions de dollars qui a été attribué à Eurovia Québec Grands Projets inc. La soumission d’Eurovia était de plusieurs millions supérieure à l’évaluation municipale. Pour justifier ce choix, la Ville indique qu’un «grand nombre de chantiers d’importance sont présentement en cours dans la région métropolitaine et ont pour effet de réduire le nombre d’entrepreneurs potentiels ayant les capacités de réaliser ce type de travaux d’envergure».

 

KANVA: rejeté par la Ville mais primé à l’international

Sous l’ère Coderre, afin de limiter les effets négatifs que les travaux causent aux usagers de la rue Sainte-Catherine, et surtout aux commerçants, dont les nuisances se répercutent grandement sur leur chiffre d’affaires, la Ville avait confié en 2016 à la firme montréalaise KANVA le mandat de mettre en place une structure gonflable attrayante destinée à limiter au maximum la baisse d’attractivité engendrée par les travaux.

Mais l’administration Plante a décidé d’abandonner le fameux projet, arguant plusieurs incertitudes, notamment concernant un éventuel impact sur la durée des travaux. De plus, il fut jugé trop coûteux. Il est vrai que le budget alloué à KANVA était tout de même de 2,8 millions de dollars.

Toutefois, il semblerait que ce projet, aussi onéreux soit-il, eût été de grande qualité. En effet, KANVA s’est retrouvé pas moins de 4 fois finaliste au World Architecture Festival. Et en décembre dernier, la structure gonflable a reçu un prix international d’architecture provenant de cette organisation, à Amsterdam, celui de « Projet expérimental de l’année ».

 

Un cauchemar pour les automobilistes

Plus largement, une multitude de travaux programmés cette année impacteront gravement la circulation à Montréal. À LaSalle, la situation sera critique, avec les travaux du mégachantier de l’échangeur Turcot ainsi que ceux du pont d’étagement Angrignon. La mairesse de l’arrondissement LaSalle, Manon Barbe, parle ainsi de pertes financières dépassant les 200 millions de dollars pour les entreprises du secteur, en plus de la gêne occasionnée pour les résidents.

Mais c’est bien toute la ville qui sera impactée, avec le réaménagement de plusieurs tronçons sur le Boulevard Pie IX, des chantiers annoncés sur l’autoroute 15 Sud, l’échangeur 13/40, les travaux d’entretien du pont de l’Îles-aux-Tourtes, les fermetures prévues du Pont Mercier, le réaménagement du Square Viger, ou encore le démantèlement de l’Autoroute 720 Ouest.

Bien que Valérie Plante se soit fait élire entre autres sur la promesse de diminuer les nuisances liées aux chantiers, il semble qu’il n’y ait toujours pas de prise en compte sérieuse de la gêne occasionnée. La métropole, s’étendant sur un vaste territoire et n’ayant pas fait l’objet par le passé d’un suivi adéquat de ses infrastructures, nécessite, il est vrai, que de grands chantiers soient entrepris durant les prochaines décennies. Mais étant donné le temps que cela prendra pour rattraper le retard, peut-être serait-il préférable de ralentir la cadence de manière à ce que ces nuisances, qui s’inscrivent durablement dans le quotidien des Montréalais, soient les moins perturbantes possible.

 

Crédits photos : Archives Échos Montréal

À propos de l'auteur

Avatar

Échos Montréal

Laissez un commerntaire


Accessibilité