ERRATUM 

Dans le comté de Ville-Marie-le Sud-Ouest-Île des Soeurs,
Marc Miller est député sortant du Parti libéral du Canada
et n’est pas un vétéran en politique municipale contrairement
à ce qui a été publié dans la dernière édition imprimée du journal
Échos Montréal du 16 septembre en page 4 à la toute fin du texte.

Nos excuses pour cette coquille qui s’est glissé à notre insu.

Marc Miller est né et a grandi à Montréal. Il est diplômé de
l’Université de Montréal et de l’Université McGill et a aussi
servi dans les Forces armées canadiennes.
Spécialisé dans le droit international et le droit commercial,
il a travaillé comme avocat avant de se lancer en politique.

Élu pour la première fois en 2015 député fédéral
de Ville-Marie-Le-Sud-Ouest-Île-des-Sœurs
pour le Parti libéral du Canada, il a été réélu en 2019.

Marc Miller est ministre des Services
aux Autochtones depuis novembre 2019.

 

Portrait et enjeux des Élections Fédérales
au coeur de Montréal

Une belle lutte électorale se déroule en ce moment dans Laurier-Sainte-Marie pour les élections fédérales du 20 septembre prochain. Il serait hasardeux à ce moment-ci de miser sur une victoire éclatante du député sortant Steven Guilbeault, étant donné les racines multiples qui font partie de l’histoire et de l’ADN de ce comté situé en plein coeur de Montréal.

Représenté par le libéral Jean-Claude Malépart, de 1980 à 1989; puis par Gilles Duceppe du Bloc Québécois, de 1990 à 2011; le comté a ensuite été remporté par Hélène Laverdière bénéficiant de la vague orange en 2011; pour finalement revenir dans le camp du PLC avec l’élection de Steven Guilbeault en 2019, lui qui sera subséquemment nommé Ministre du Patrimoine canadien. Trois candidat(e)s dans ce territoire aux multiples couleurs historiques devraient nous donner une belle lutte très compétitive.

Steven Guilbeault, candidat du Parti libéral du Canada
Steven Guilbeault a été élu pour la première fois en 2019 comme député de Laurier–Sainte-Marie et a ensuite été nommé Ministre du Patrimoine canadien. Comme Ministre du Patrimoine canadien, Monsieur Guilbeault a soutenu le secteur des arts et de la culture, durement touché par la pandémie. Figure de proue de la lutte contre la crise climatique, il a notamment travaillé à ce que la relance du Canada soit verte et que celui-ci priorise l’économie propre. Il travaille également à réglementer les géants du web pour assurer plus d’équité, notamment sur 2 volets importants: qu’ils paient leur juste part pour promouvoir et investir dans la culture d’ici et enfin qu’ils compensent adéquatement les médias canadiens pour l’utilisation de leurs contenus d’information. Localement, il a travaillé pour que les personnes âgées, les familles, les commerces et les organismes communautaires de Laurier–Sainte-Marie aient toute l’aide nécessaire durant la pandémie.

Il a été le ministre fédéral responsable des arts, des médias, des sports et des langues autochtones. Il a fait adopter le projet de loi instaurant la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation afin de commémorer le lourd bilan des pensionnats autochtones. Cette journée nationale aura lieu pour la première fois le 30 septembre. Il a travaillé aussi sur trois projets de loi pour responsabiliser et faire payer les géants du Web: pour notre culture, pour soutenir les médias d’information et pour éliminer les contenus illégaux des plateformes, comme l’exploitation sexuelle des enfants et la haine en ligne.

Lorsqu’on lui pose la question: «Pourquoi est-ce que les citoyens et citoyennes devraient voter pour vous et le Parti libéral?», Steven Guilbeault répond sans hésitation: «Notre gouvernement a réalisé 93% de ses promesses lors du premier mandat, et nous sommes à 52% à la moitié du 2e mandat. Nous avons été là avec vous pour vous appuyer pendant la pandémie, et nous continuerons de l’être pour s’assurer que nous sortirons de cette crise ensemble: pour avoir accès à des services, à un logement abordable et à de bons emplois, pour des communautés vertes et en santé».

Marie-Ève-Lyne Michel, candidate du Bloc Québécois
Marie-Ève-Lyne Michel candidate du Bloc Québécois n’est pas étrangère à la politique car jusqu’au déclenchement des élections, elle travaillait comme directrice de cabinet adjointe avec Yves-François Blanchet, Chef du Bloc Québécois. Auparavant elle était son attachée politique aux relations internationales. Marie-Ève-Lyne a aussi œuvré dans le milieu des communications durant une vingtaine d’années. Bachelière en Communications de l’UQÀM, elle a aussi travaillé deux ans à Paris pour le Ministère des Relations internationales du Québec, où elle s’occupait d’échanges culturels et de faire rayonner notre culture québécoise à travers la France.

Mère de deux enfants et préoccupée de leur léguer une planète saine, Marie-Ève-Lyne se dit très sensible aux enjeux environnementaux. Elle croit qu’il faut une véritable lutte aux changements climatiques qui tienne tête au lobby du pétrole et qui implique une transition écologique; l’abandon des subventions aux hydrocarbures et un investissement substantiel dans la recherche et l’énergie propre du Québec. «L’après COVID19 offre l’occasion unique d’accélérer une transition écologique, créatrice de richesse, en particulier au Québec, qui a tous les atouts pour y contribuer.»

L’accès au logement, la lutte à l’itinérance, l’avenir du français, les transferts en santé, le maintien de la qualité de vie des ainé(e)s, avec une augmentation de leurs pensions et les enjeux de la santé particulièrement mis en lumière par le sous-financement chronique par le fédéral sont tous des dossiers qu’elle désire promouvoir. Ayant œuvré dans le milieu de la culture, elle constate que ce secteur, vital dans Laurier-Sainte-Marie, a été particulièrement affecté par la pandémie. Elle considère «qu’Ottawa a bien mal défendu les artistes et les entreprises culturelles depuis l’avènement du numérique en accordant des avantages fiscaux injustes aux GAFAM, qui nuisent à nos artistes, nos médias et nos entreprises culturelles.»

Pourquoi est-ce que les citoyens et citoyennes devraient voter pour vous et le Bloc Québécois?
«Une fois élue, je souhaite travailler sur le terrain avec et pour l’ensemble des citoyen(ne)s de Laurier Sainte-Marie afin de défendre leurs intérêts et promouvoir leurs idées sur la scène fédérale sur les enjeux qui les préoccupent, comme la lutte aux changements climatiques, les transferts en santé, l’avenir du français, le soutien à la culture, l’accès au logement social, la qualité de vie des ainé(e)s pour n’en nommer que quelques-uns.»

Nimâ Machouf, candidate du NPD
Sous le thème «Oser Ensemble», le NPD est représenté dans Laurier Sainte-Marie par Nimâ Machouf. «Partout au pays, les gens s’inquiètent pour leur emploi, la santé de leurs proches et les services publics sur lesquels tout le monde compte. Les 18 derniers mois ont montré que la population canadienne peut relever n’importe quel défi, quand il le faut. Ils nous ont également montré que, grâce aux décisions des gouvernements libéraux et conservateurs, bon nombre de l’aide et des services sur lesquels nous comptons ne sont tout simplement pas là lorsque nous en avons besoin».

Qui est Nimâ Machouf?
Nimâ quitte l’Iran à l’âge de 18 ans pour fuir la répression politique. Depuis, elle se consacre à l’activisme et s’ancre dans son quartier du Plateau-Mont-Royal où elle travaille avec ses voisin(e)s et des citoyen(ne)s de tous horizons, pour bâtir une communauté où il fait mieux vivre. Durant la crise sanitaire Madame Machouf s’est fait plus connaître du grand public par ses interventions fréquentes dans les médias comme épidémiologiste. Lorsque questionnée comme les autres candidats sur les raisons qui devraient inciter les gens à voter pour elle et le NPD?, Nimâ Machouf répond: «Je veux me battre pour les gens et contre l’apathie, le cynisme ambiant et les promesses brisées.

Bien que Laurier Ste-Marie soit le principal territoire de notre secteur d’activités, d’autres comtés en périphérie sont à surveiller.

Dans le comté voisin de Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île des Soeurs, le député sortant du PLC Marc Miller, semble en bonne voie de se faire ré-élire, si on tient compte notamment des très nombreux candidats se présentant pour ce comté et qui viendront diviser le vote en aidant Marc Miller, qui lui dispose d’une base solide après ces nombreuses années à servir la population du comté, le favorisant à maintenir sa position.

Un autre comté limitrophe est intéressant, celui de Rosemont-La Petite-Patrie représenté depuis 2011, par Alexandre Boulerice du NPD. Là aussi, bien qu’intrigante, la lutte ne devrait logiquement pas être trop serrée. Monsieur Boulerice part en effet comme favori pour se faire réélire devant les 2 autres principales candidates en présence, nouvellement venues sur cette scène politique, soit Shophika Vaithyanathasarma du Bloc Québécois et de Nancy Drolet du Parti Libéral du Canada, six fois médaillée d’or au championnat du monde de hockey féminin entre 1992 et 2001.

 

 

À propos de l'auteur

Bertin St-Amand

Laissez un commerntaire