Difficile pour quiconque d’affirmer qu’il n’y a rien à faire à Montréal, alors que la programmation culturelle foisonne aux quatre coins de la ville.

La Meute © Suzane O’Neill, 2018

Alors que plusieurs théâtres choisissent de présenter de plus en plus d’œuvres en reprises, assurant ainsi une vie prolongée au travail des créateurs, les amateurs auront la chance de (re)voir La Meute (La Licorne, 29 octobre au 23 novembre). La pièce écrite par Catherine-Anne Toupin plonge au cœur des conséquences de la cyberintimidation et soulève des questions sur l’identité de la victime et du bourreau. À l’Espace Go, il sera possible de (re)découvrir Parce que la nuit (23 octobre au 2 novembre), une création librement inspirée de la légendaire Patti Smith, avec la spectaculaire Céline Bonnier.

Duceppe poursuit sa saison en mettant à l’affiche Disparu.e.s (23 octobre au 23 novembre). Dirigée par René Richard Cyr, l’œuvre raconte les retrouvailles de trois filles et de leur mère dans un ballet de reproches et de vieilles rancunes. En 2013, Julia Roberts et Meryl Streep se donnaient la réplique dans l’adaptation cinématographique de la pièce de Tracy Letts, August: Osage County. Du côté de La Licorne, on pourra voir la deuxième pièce de la brillante et sensible dramaturge Nathalie Doummar, qui revient après Coco avec l’histoire d’une jeune maman québéco-égyptienne déchirée entre sa culture d’origine et celle de sa terre d’adoption, dans Sissi (21 octobre au 22 novembre).

Autour Du Lactume © VivienGaumand

Le Théâtre Denise-Pelletier n’est pas en reste. L’œuvre du regretté Réjean Ducharme sera célébrée de manière poétique et ludique dans Autour du Lactume (29 octobre au 9 novembre), mélange de dessins et de textes écrits en 1966 et publiés seulement en 2017. L’institution située dans Hochelaga-Maisonneuve présentera également Les amoureux (6 novembre au 4 décembre), un classique de Goldoni où les cœurs s’abîment, s’embrasent, se déchirent et se recollent scène après scène.

L’Orchestre symphonique de Montréal offre une programmation étoffée avec Une vie de héros, du compositeur Richard Strauss (30 et 31 octobre), Le fantôme de l’opéra au lendemain de l’Halloween (1er novembre) et un concert pop en hommage au chansonnier Félix Leclerc, les 13 et 14 novembre, à la Maison symphonique. Les friands de danse voudront certainement assister à la nouvelle œuvre de Dana Michel, chorégraphe lauréate du Lion d’or de la Biennale de Venise en 2017: du 29 octobre au 2 novembre, elle présentera à l’Usine C le spectacle Cutlass Spring, dans lequel elle déterre les parts reniées de son « moi » sexuel. Chez Danse Danse, le Bangarra Dance Theatre offrira Spirit (30 octobre au 2 novembre), une œuvre du chorégraphe australien Steven Page mariant la danse contemporaine aux traditions ancestrales de la culture aborigène.

Bannière principale: Spirit du 30 octobre au 2 novembre, chez Danse Danse – Bangarra Spirit © Edward Mulvihill

 

À propos de l'auteur

Samuel Larochelle

Samuel Larochelle

Laissez un commerntaire


Accessibilité