S’il est encore trop tôt pour dresser un bilan complet, la saison estivale n’étant heureusement pas terminée, les premières données indiquent que la fréquentation touristique est nettement meilleure qu’en 2016.

© Mathias Berthet

Ainsi, les premiers chiffres transmis par Tourisme Montréal sont encourageants. Au mois de juin, la fréquentation hôtelière a augmenté, aussi bien pour les petits que pour les grands hôtels, par rapport à 2016. Selon l’Association des hôtels du grand Montréal (AHGM), le taux d’occupation en juin 2017 a progressé de 3,37% par rapport à juin 2016, soit 87,14%, comparativement à 83,77%. Si l’on regarde les six premiers mois de 2017, là aussi on observe une hausse du taux d’occupation d’environ 3,5%. Le prix moyen en juin 2017, établi à 217,93 $ représente une très nette augmentation de 12,10% par rapport à juin 2016 où celui-ci était de 194,40 $.

En ce qui concerne les plus petits hôtels, les chiffres semblent eux aussi meilleurs, mais surtout pour l’été. En effet, pour les 6 premiers mois de 2017, le taux d’occupation n’a augmenté que de 1%, passant de 63,7% à 64,7%, selon les statistiques de l’Association des Petits Hôtels de Montréal (APHM). Cependant, ces données sont à relativiser avec la hausse drastique de 5,2% au mois de juin 2017 par rapport au même mois de l’année précédente. Le taux d’occupation a ainsi atteint 87% contre 81,8%. Le tarif moyen a également augmenté au mois de juin 2017, mais 2 fois moins que celui des plus grands hôtels, avec une progression tout de même non négligeable de 6,5%, passant de 150,04$ à 159,74$.

 

L’effet 375ième

Ces chiffres positifs sont nécessairement en partie la résultante des divers événements et aménagements découlant du 375e anniversaire de Montréal. Le succès de bon nombre d’entre eux est incontestable. L’illumination du pont Jacques-Cartier a attiré une foule considérable.

© Eva Blue

Toutefois, certains projets ont essuyé quelques critiques, à l’image de la Promenade Fleuve-Montagne. Aussi, quelques médias n’ont pas manqué de rappeler que le coût des festivités pour les 375 ans de Montréal était tout de même de 1 milliard de dollars, en faisant notamment la comparaison avec les 500 millions de dollars qu’a engendrés le 150e anniversaire du Canada.

Cependant, dans leur ensemble, les événements organisés, ainsi que les aménagements effectués, connaissent un succès certain. Considérant la tendance de juin, il semble ne faire aucun doute que les résultats de juillet et août auront de bons scores. Le mois de juillet est toujours très chargé en activités et festivals. Avec l’ajout des festivités du 375e, tous les goûts ont été comblés. On pourrait toutefois se poser la question de savoir si cette concentration d’événements ne les a pas trop télescopés les uns par rapport aux autres. Il faut souhaiter que les programmations d’août et septembre aient un impact suffisant afin de pouvoir conclure que la saison estivale 2017 fût un total succès.

 

Le Musée Pointe-à-Callière, défenseur de la richesse historique 

© Archives Échos Montréal

L’histoire de Montréal est de plus en plus mise en valeur, notamment grâce aux investissements massifs du Musée Pointe-à-Callière qui opère depuis plusieurs années de grands travaux afin d’offrir à terme une expérience unique au monde, avec un site composé de plus d’une dizaine de bâtiments reliés par des souterrains qui regorgent de l’histoire de la métropole. Le Musée Pointe-à-Callière représente une attractivité touristique incontournable pour les férus d’Histoire, mais aussi pour ceux qui aiment en apprendre plus sur les régions qu’ils visitent. Fort de son envergure, Pointe-à-Callière est d’ailleurs maintenant bien plus qu’un Musée, mais une véritable cité où se côtoient histoire et archéologie, offrant diverses expositions pour tous les âges.

La Ville de Montréal a également apporté son soutien financier aux fouilles archéologiques présentement effectuées à la Place d’Youville, à l’endroit même où fut érigé le Parlement du Canada-Uni. En effet, à l’époque, cette structure était la conséquence de l’union législative du Bas-Canada et du Haut-Canada. Le parlement fonctionna cinq années durant, jusqu’à son incendie en 1949.

Alors que les fouilles archéologiques sont toujours en cours, les murs de pierres sont de plus en plus visibles. Les lieux alentour ont été aménagés afin de permettre aux touristes comme aux Montréalais, de s’informer sur ce pan de l’histoire de Montréal, mais aussi plus généralement du Canada. Postés à divers endroits, des panneaux renseignent les visiteurs des découvertes ainsi que du riche passé du sol qu’ils foulent, en précisant notamment les artéfacts qui y ont été trouvés.

© Archives Échos Montréal

Le site est ouvert au public du mercredi au dimanche, de 12h30 à 16h30. Les intéressés pourront observer les archéologues à l’œuvre. Ils pourront aussi profiter de visites guidées entièrement gratuites, toutes les 30 minutes. Il n’y a pas non plus de frais pour entrer sur le site.

Crédit photo bannière : © Vieux-Port de Montréal, Miguel Legault

À propos de l'auteur

Benoît Gaucher

Benoît Gaucher

Laissez un commerntaire

Accessibilité