L’année 2017 sera riche en célébrations! Si Montréal fêtera son 375e anniversaire, la métropole célèbrera un autre évènement historique, les 50 ans d’Expo 67. L’exposition universelle, qui était présentée sous le thème «Terre des Hommes», a à jamais modifié le paysage architectural de la ville.

Expo 67 Août 2016 CREDIT Don des Sœurs Grises, Centre d’histoire de Montréal

On lui doit notamment la biosphère, à l’époque pavillon des États-Unis; le Casino de Montréal, installé dans les anciens pavillons de la France et du Québec; ou encore Habitat 67, réalisé par l’architecte Moshe Safdie. Mais aussi l’île artificielle Notre-Dame, créée sous l’administration du maire Jean Drapeau, avec la terre creusée pour la construction du métro. Sans oublier feu notre équipe de baseball, les Expos, baptisée en hommage à Expo 67.

Pour célébrer cet anniversaire, le Centre d’histoire de Montréal (CHM) présentera dès la fin avril 2017 une exposition hommage, «Explosion 67, Terre des jeunes». Dans le cadre de cette célébration, un appel à tous a été lancé afin de rassembler objets, souvenirs et témoignages des jeunes âgés de 11 à 21 ans en 1967.

«On voulait donner un angle à cette exposition, celle des adolescents à l’époque d’Expo 67», explique la muséologue du CHM, Catherine Charlebois. Plus de 200 personnes ont répondu à cet appel. Parmi eux, des Montréalais oui, mais aussi des Américains, des Français, des Belges qui ont connu Montréal dans ces années-là. Le Centre a ainsi collecté des polaroids et photographies de l’époque, des passeports, ou des pièces de vêtements d’hôtesse.

«Beaucoup de témoins ont découvert Expo 67 dans la fleur de l’âge, en même temps que l’amour, le désir, la contestation, les Beatles… le goût du tabac et… de tant de choses encore», relate le communiqué du Centre d’Histoire de Montréal.

Une exposition immersive

Cette exposition ne sera pas seulement une présentation d’objets, elle se veut immersive et sensorielle, afin de faire revivre l’expérience Expo 67 au public. Des témoignages recueillis au cours de 42 entrevues seront diffusés, mais il y aura également des dispositifs interactifs mis en place, une «immersion en réalité augmentée», nous confie Catherine. Les détails n’ont pas encore été dévoilés.

«On va raconter des flashs de ce que les gens ont ressenti lors de l’Expo 67. Mais c’est aussi l’occasion de savoir ce qu’ils ont à dire sur la fin des années 60, sur la vie à Montréal, la vie au Québec, en situant la province dans le contexte international de l’époque», explique Catherine.

«Pendant que les Québécois et les Montréalais fêtaient le monde et s’affirmaient, les sociétés d’après-guerre craquaient de toute part. La jeunesse du monde commençait à secouer les idées reçues et les habitudes de leurs parents. Expo 67 devait être pour nombre d’entre eux un point tournant», souligne le communiqué. 50 ans plus tard, il est temps de faire le bilan.

À propos de l'auteur

Katia Tobar

Katia Tobar

Laissez un commerntaire

Accessibilité