Nous approchons tranquillement de la mi-saison dans la LNH. Or, à la lumière des résultats depuis le début de l’année, un constat s’impose : le Canadien ne va nulle part, s’enlise dans la médiocrité et les perspectives d’avenir sont tout aussi déprimantes.

Le marasme a assez perduré, Marc Bergevin, à la sixième année catastrophique de son plan quinquennal lui-même désastreux a fait assez de dommages, il est temps de confier la barre administrative du CH à quelqu’un d’autre, (histoire également de faire un petit ménage dans le sympathique Country Club décisionnel du CH, à commencer par Trevor Timmins dont le manque de résultats aux multiples repêchages successifs du Tricolore ont aussi contribué à l’enlisement présent de la Flanelle). Puis, sitôt le nouveau DG en poste, à sa place j’essaierais une reconstruction Express en trois petites étapes :

 

1) Dans un premier temps, j’appelle Peter Chiarelli à Edmonton, dont la situation commence à être désespérée, en lui disant simplement que je ne lui offre rien de moins… qu’un sauvetage Express voire même la Coupe Stanley, dès cette année.!.

Oubliez ça, un échange impliquant Carey Price. Son contrat est trop lourd, trop cher et trop long, d’autant plus qu’il a en outre, rappelez-vous, une clause de non-échange.

Max Pacioretty, ©Wikimédia Commons, derivative work: Leech44 (talk)

Moi, dans le cadre d’un échange désavantageant moi, ce que j’offre à l’impulsif Chiarelli, c’est exactement ce dont les Oilers ont besoin, Weber et Pacioretty !

Et en échange je demande le défenseur Klefbom, (qui même à son meilleur n’aura jamais le talent ou l’impact d’un Weber), et Ryan Nugent-Hopkins, (un excellent centre de 2è trio qu’on a cependant grandement surestimé à son arrivée à Edmonton alors que certains voyaient même presque en lui un futur Gretzky !, mais qui dans une bonne saison peut vous donner 50 points, et dans une moins bonne environ 40 points)… ce qui est loin de valoir un marqueur naturel comme Pacioretty qui est encore jeune, encore à bas salaire cette saison, et qui – à tort ou à raison – est considéré comme un leader.

Et pour compenser ces importants déséquilibres de talent au prorata, joueur pour joueur, j’exige Puljujarvi, (qui est talentueux mais moins NHL-ready que ne l’étaient Austin Matthews et Patrick Laine), ainsi qu’un choix de 1ère ronde.

Donc Pacioretty et Weber vs Klefbom, The Nuge, et Pujujarvi qui est une condition sine qua non. Quant au choix de 1ère ronde, si cela fait « tiquer » Chiarelli (celui-là même qui n’a pas hésité à changer Taylor Hall et Eberle contre des moins talentueux, pour ensuite signer un Lucic correct mais néanmoins vieillissant), je peux ajouter en contrepartie un choix de 2è ronde de mon côté, et je peux même pousser à rendre leur 1er choix conditionnel, que ce soit au succès des Oilers ou aux stats de Pacioretty.

Car je suis absolument sûr qu’avec un centre comme McDavid, Pacioretty peut en scorer facile 40-45, voire 50, et je suis tout aussi persuadé qu’avec lui comme marqueur et l’ajout d’un Shea Weber en quart-arrière pour stabiliser leur défense et faire des ravages en avantage numérique sur cette équipe « boostée », les Oilers redeviennent favoris pour gagner la coupe.

 

2) Mon deuxième « move », c’est de tout faire pour acquérir Shea Theodore de Las Vegas. Comme McPhee est en amour avec les choix au repêchage, les anciens premiers choix et/ou les joueurs rapides en attaque, je lui propose en partant mon 2è choix 2018, puis Brendan Gallagher et/ou mes anciens premiers choix comme Sherbak ou McCarron, voire Hudon. En attaque je ne garde comme intouchable que Drouin, Lehkonen, Byron et Galchenyuk (momentanément). S’il le faut j’ajoute aussi mon 2è choix 2019.

Dans la mesure où Théodore ne contribue même pas aux succès présents des Golden Knights, je suis confiant d’en arriver à une entente avec McPhee.

 

3) Mon troisième « move », le plus aléatoire et incertain, c’est pour John Tavares.

Je cherche à tout prix à l’acquérir et comme il deviendra joueur autonome sans restriction, j’ai peut-être des chances. Il aime New York mais je pense qu’il aimerait tout autant Montréal, sa culture, sa qualité de vie. Je lui offre sans hésiter 9M$, et je suis prêt à monter en ajoutant des bonis pour arriver à 10,5M$, comme Price, pour plusieurs saisons.

Et si j’ai de meilleures chances de le signer avant qu’il devienne joueur autonome, que j’ai de bons feedbacks de sa part et que j’ai la certitude qu’il signera à Montréal avec une entente à son goût, je peux offrir Galchenyuk aux Islanders pour négocier à l’avance avec lui, j’ajoute même mon premier choix 2019. Et un peu plus, si nécessaire.

 

Je serai confiant pour les deux premières étapes, mais dans le cas de Tavares, c’est plus risqué. Doit-on attendre qu’il devienne autonome sans compensation et qu’il teste le marché? Doit-on au contraire couper l’herbe sous le pied des autres DGs et tenter un échange? Et dans ces cas, est-ce que Galchenyuk et un 1er choix 2019 seraient suffisants? J’en doute… et puis, Tavares voudrait-il venir à Montréal avec toute la pression que cela comporte (mais aussi tout cet inconditionnel amour sportif des partisans du CH)?

Dans l’intervalle, on aura accompli plusieurs objectifs qu’il fallait faire depuis longtemps à savoir notamment cimenter l’avenir de l’équipe et lui donner une identité claire sur la glace, ce qui lui manque depuis beaucoup trop longtemps.

Oscar Klefbom, ©Wikimédia Commons, Lisa Gansky from New York, NY, USA

Pour commencer : un bon quatuor de jeunes défenseurs… Klefbom – Theodore – Mete – Juulsen qui aura 21 ans méritera un essai plus sérieux.

À court terme 4 bons jeunes défenseurs numéros 3 et 4, avec potentiel de numéro deux même dans certains cas (Theodore et Klefbom)… Sans compter Petry et Alzner enfin à leurs places, sur une 3è paire en tant que 5è et 6è défenseurs…. (jusqu’à ce qu’on puisse les échanger bien sûr!, idéalement pour regarnir la banque de choix repêchage).

N’oubliez pas en outre que pour compenser les éventuelles erreurs de jeunesse de cette brigade renouvelée, on a quand même signé pour beaucoup trop cher (10,5 M$) et beaucoup trop longtemps (8 ans) celui qu’on considère contre comme le meilleur gardien de la LNH.

Et en attaque, si ça fonctionne pour Tavares, on aurait enfin ce qu’on cherche depuis longtemps, non pas un mais deux premiers centres de qualité. Pensez-y :

Drouin – Tavares – Puljujarvi (sinon, au pire des cas on aura encore Galchenyuk de toute façon)

Byron – Nugent Hopkins et Lehkonen.

On aurait même le luxe d’avoir un excellent jeune 3è centre en Philippe Danault!

 

Bref, voilà mon plan général avec quelques précisions supplémentaires, par exemple quant à mon 4è « move », optionnel : puisque j’ai maintenant deux choix de 1er tour au repêchage 2018, je fais encore une fois tout mon possible pour les échanger tous les deux, même si c’est un échange légèrement perdant pour moi, et – quitte à les enrober encore plus s’il le faut -, contre le tout 1er choix au repêchage 2018… avec lequel je vais chercher Rasmus Dahlin!

Et voilà, j’ai mon défenseur numéro 1 et ma jeune dynastie en devenir pour plusieurs années… On peut rêver, mais ce serait déjà une gestion beaucoup plus cohérente et intéressante que celles des trop nombreux DGs / copies conformes, défensifs et emmurés dans leurs conceptions désuètes du hockey, qui se sont succédé à la barre du Canadien depuis le milieu des années ’90.

À propos de l'auteur

Francois Di Candido

Laissez un commerntaire

Accessibilité