La fulgurance culturelle de la métropole reprend de plus bel avec une séries d’événements théâtraux, musicaux, dansants, littéraires et cinématographiques, qui feront tout pour attirer votre attention.

La pièce Je Cherche Une Maison qui vous ressemble, ©Suzanne O’Neill

Duceppe commence l’année en force avec une œuvre récompensée du Tony Award de la meilleure pièce en 2017 : Oslo(jusqu’au 13 octobre), qui illustre les rencontres clandestines organisées par deux diplomates norvégiens entre l’État d’Israël et l’Organisation pour la libération de la Palestine, loin des caméras et des avocats. Le Quat’Sous offre aux mots de la brillante Annick Lefebvre tout l’espace nécessaire pour raconter l’histoire des Barbelés(jusqu’au 26 septembre), dans laquelle la comédienne Marie-Éve Milot livrera en solo une parole trop longtemps contenue, pendant que des barbelés s’emparent de son corps. Dans ce même sillage de théâtre engagé, le Rideau Vert présente le grand classique féministe Les fées ont soif(25 septembre au 27 octobre), dans une mise en scène signée Sophie Clément. À la salle Fred-Barry, les amateurs de culture auront droit à un hommage au couple mémorable formé par Pauline Julien et Gérald Godin dans Je cherche une maison qui vous ressemble (11 au 29 septembre).

Le Théâtre du Nouveau-Monde a réuni Emmanuel Schwartz, Valérie Blais, Benoit Drouin-Germain, Larissa Corriveau et Patrice Coquereau pour jouer Candide ou l’optimisme(11 septembre au 6 octobre), une œuvre écrite par Pierre-Yves Lemieux et inspirée du roman de Voltaire. Dans l’est de la ville, Rabelais sera à l’honneur, alors que le Théâtre Denise-Pelletier a programmé Prouesses et épouvantables digestions du redoutable Pantagruel (26 septembre au 20 octobre). À noter également la lecture adaptée pour le théâtre du puissant roman Homo Sapiennede Niviaq Korneliussen sur la vie lgbtq au Groenland (Cinquième Salle, 29 septembre).

Les Grands ballets canadiens ouvriront leur saison avec L’amant de Lady Chaterley(Wilfrid-Pelletier, 4 au 13 octobre), inspiré du roman d’amour et érotique de D.H. Lawrence, longtemps interdit de publication. Les Montréalais auront également droit à toute la fougue de la chorégraphe sud-africaine Dada Masilo, qui poursuit sa relecture des grands classiques en s’attaquant à Giselle(Théâtre Maisonneuve, 25 au 29 septembre), après avoir fait de même avec Carmenet Le lac des cygnes. Les amateurs de musique classique voudront certainement assister à la rencontre de l’OSM et du pianiste Charles Richard-Hamelin, qui interpréteront Chopin en hommage au 100eanniversaire du recouvrement de l’indépendance de la Pologne (Maison symphonique, 11 au 14 octobre) ou au concert de l’Octuor de Schubert(Salle Bourgie, 28 septembre), avec deux violons, un alto, une contrebasse, un violoncelle, une clarinette, un basson et un cor. Par ailleurs, le Festival international de littérature (FIL) battra son plein du 21 au 30 septembre, alors que le Festival du Nouveau Cinéma fera de même du 3 au 13 octobre.

 

Crédit photo bannière : Sasha Onyshchenko – Danseuse :  Mai Kono

 

À propos de l'auteur

Samuel Larochelle

Samuel Larochelle

Laissez un commerntaire

Accessibilité