La Déesse des Mouches à feu, ©Bruno Guérin

Une programmation culturelle particulièrement relevée attend les Montréalais au cours des prochaines semaines, à commencer par l’adaptation théâtrale très attendue du roman à succès de Geneviève Pettersen, La Déesse des Mouches à feu (jusqu’au 30 mars, Quat’Sous). Durant la même période, les amateurs de théâtre pourront aussi découvrir le premier texte de la jeune auteure et comédienne Marianne Dansereau, lauréate du prestigieux prix Gratien-Gélinas en 2015, Hamster (jusqu’au 24 mars, La Licorne) : un enchevêtrement d’histoires qui se déroulent sur la rive nord de Montréal, la nuit, alors que des badauds, touchés respectivement par la solitude, l’errance, la perte de repères et la déception amoureuse, nous apparaissent soudainement liés les uns aux autres.

Le Songe d’une nuit d’été, ©Maude Guérin

Impossible de ne pas avoir hâte de voir ce que feront les « vétérans » de la jeune génération de créateurs, le dramaturge Étienne Lepage et la metteure en scène Catherine Vidal, en investissant la grande scène du TNM, afin de présenter leur vision de L’idiot du célèbre écrivain Dostoïevski (20 mars au 14 avril), avec une distribution électrisante (Évelyne Brochu, Henri Chassé, Paul Ahmarani, Frédéric Blanchette, Macha Limonchik, Francis Ducharme, Renaud Lacelle-Boudond et plusieurs autres). Un autre grand classique sera monté dans la métropole, alors que Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare sera joué au Théâtre Denise-Pelletier (21 mars au 18 avril).

Le Sacre du printemps. Danseur : Jérémy Galdéano ©Sasha Onyshchenko / Kravetz Photographics

Les amoureux de danse ne seront pas en reste. Les Grands Ballets présenteront un doublé, L’oiseau de feu et Le sacre du printemps (15 au 24 mars, Théâtre Maisonneuve), respectivement chorégraphiés par l’Américaine Bridget Breiner et le jeune chorégraphe suisse montant Étienne Béchard. En parallèle, la compagnie de danse très réputée Alan Lake Factori(e) offrira Le Cri des méduses (20 au 24 mars, Cinquième Salle), quelques jours avant le retour des talentueux patineurs-danseurs de la troupe du Patin Libre, qui reviennent avec une toute nouvelle création, Seuils (11 au 22 avril, Aréna Saint-Louis) : une occasion en or de découvrir cet art hybride d’un groupe de Québécois incomparables, avant qu’ils repartent éblouir les Européens.

Notons également quelques incontournables du domaine de la musique classique : la reprise de la rencontre ô combien saluée entre l’Orchestre symphonique de Montréal et l’ingénieux humoriste André Sauvé (26 au 28 mars, Maison symphonique), ainsi que l’interprétation du Requiem de Verdi par les musiciens de l’OSM, dirigés par maestro Kent Nagano (21 au 25 mars, Maison symphonique). Sur une note moins artistique, mentionnons en terminant une sortie plutôt familiale, amicale et sportive, avec la présentement du match d’ouverture de l’Impact de Montréal, qui entamera une toute nouvelle saison dans la Major League de soccer au Stade olympique, le 17 mars, devant des dizaines de milliers de partisans.

 

Crédit Photo bannière : Bruno Guérin

À propos de l'auteur

Samuel Larochelle

Samuel Larochelle

Laissez un commerntaire

Accessibilité