Ça fait un long bout de temps que je n’avais pas écrit sur ce blogue… mais avec la gestion catastrophique du Canadien de Montréal, cela me semblait à propos de faire la synthèse sur plusieurs points qui agacent chez le Tricolore, à commencer par le nombre de décisions désastreuses prises par son Directeur Général, dont l’attitude souvent un peu hautaine et au-dessus de ses affaires en Conférence de Presse, moult fois reprochée par les fans et les médias, semble le rendre également incapable de la moindre introversion et inconscient de ses fréquentes erreurs de parcours.

Il est bien difficile pour une équipe de trouver la voie du succès quand son DG semble à ce point perdu et bipolaire dans sa gestion. Faut-il rappeler que le Canadien n’a pratiquement rien gagné depuis 25 ans? Faut-il souligner que l’on est maintenant à la 6è année (!) d’un troisième plan quinquennal consécutif après ceux, sensiblement ratés des prédécesseurs Pierre Gauthier & Bob Gainey?

Or non seulement Marc Bergevin a-t-il fait maintes fois la preuve de ses sérieuses lacunes à évaluer le talent réel de ses joueurs en place, mais il manque également totalement de vision à long terme. Pour un DG qui disait avec une pointe d’arrogance qu’il axait d’abord et avant tout sa stratégie sur la jeunesse et le long terme, voilà qui est certainement paradoxal!

Graves erreurs de jugement que d’avoir donné deux 2ème choix au repêchage pour Andrew Shaw, d’avoir accordé autant d’argent sur 5 ans pour Alzner, d’avoir incompréhensiblement gaspillé 6 M$ par saison sur Plekanec !

Mauvaise analyse d’avoir échangé un joueur talentueux et de caractère comme P.K. Subban, que les fans adoraient, contre un joueur de trois ans plus âgé, sur son tranquille déclin et dont le style de jeu peu mobile cadre de moins en moins avec la réalité de la LNH d’aujourd’hui.

Carey Price, © Lisa Gansky from New York, NY, USA

Impardonnable d’avoir consenti mers et monde à Carey Price avec autant d’argent (dans une ligue où les gardiens sont proportionnellement plus nombreux et moins importants qu’avant); de lui avoir donné la lune en le signant pour huit ans; en plus d’en rajouter inutilement avec une clause de non-échange problématique en la période actuelle.

Inadmissible d’avoir gaspillé autant de choix au repêchage sur des joueurs de 3 ou 4ème trio, aux talents limités et aux impacts nuls, tout en donnant en corollaire l’absolution à Trevor Timmins et en lui permettant de sévir depuis si longtemps. À moment donné, il va bien falloir en revenir de son repêchage exceptionnel de 2007… ça fait 10 ans de ça!

Et puis, quelle aberration stratégique a bien pu traverser l’esprit de Marc Bergevin lorsqu’il a décidé de laisser se décimer complètement son flanc gauche en défense, sans rien obtenir du tout en retour?.!. Markov, Emelin et même Beaulieu auraient été en ce début de saison cauchemardesque.

L’entre-saison de cette année est un exemple particulièrement probant de la paresse professionnelle du directeur général montréalais. Je ne reviendrai pas sur l’échange Drouin – Sergachev. L’acquisition de Drouin demeure un très rare coup correct de sa part, même si je déplore grandement que le DG du Canadien n’ait pas su au préalable faire fructifier les actifs qu’il avait à son arrivée en poste à Montréal, ce qui lui aurait évité d’avoir à se départir de son meilleur espoir en défense et un de ses très rares bons espoirs tout court.

Mais pourquoi avoir perdu Nathan Beaulieu pour un minable 3ème choix au repêchage alors qu’il savait pertinemment que le repêchage d’expansion de Las Vegas arrivait à grands pas?

Pourquoi ensuite avoir protégé un défenseur aussi limité que Jordie Benn plutôt qu’un Emelin beaucoup plus essentiel au Tricolore? Pourquoi ne pas avoir mis plus d’efforts à conserver Markov? Je préfère nettement un Markov cher payé pour deux autres années qu’un Alzner surpayé pour 5 ans.

Pourquoi avoir été si tiède dans ses efforts à résigner Radulov?

Je suis persuadé qu’avec deux compagnons de trio aussi talentueux et créatifs pour orchestrer les jeux que Radulov à droite et Drouin à gauche (ce qui est sa place), Galchenyuk, à sa place, au centre, aurait trouvé des compléments parfaits à son style plus linéaire et orienté vers les buts.

Et quelle paresse agaçante ensuite de Marc Bergevin, de tenter de combler tous ces trous avec les acquisitions complètement insipides d’un Mark Streit et d’un Ales Hemsky finis et usés. Certes, le DG Tricolore ne prend pas beaucoup de risques mais ça ne rapporte absolument rien d’autre qu’une perte de temps, d’un peu d’argent, et ça donne l’image d’un navire sans gouvernail qui essaie n’importe quoi.

Et puis à force de dépenser à tout vent pour rien : un million par-ci, un million par-là, on finit par inutilement diminuer l’argent disponible à l’embauche d’un vrai joueur-vedette.

Tout aussi inexcusable selon moi d’avoir laissé passer un Shea Theodore sans réagir alors qu’il était clair que tout ce que Georges McPhee, ce DG Las Vegas toujours plus spectaculaire que logique, cherchait à faire était d’accumuler des choix au repêchage pour ensuite se vanter d’avoir bâti une équipe surprenamment solide n’ayant pas coûté cher et boostée en choix de 1ères et 2èmes rondes. Dans cette optique, je suis persuadé que d’offrir un ancien choix de première comme Nathan Beaulieu en plus d’un choix de 2ème ronde à McPhee, aurait été suffisant pour faire l’acquisition de ce jeune solide et talentueux défenseur, qui aurait été un excellent complément à Shea Weber.

Et, tant qu’à gaspiller des efforts, des sous et du temps à embaucher Ales Hemsky, pourquoi ne pas avoir plutôt pris un risque sur Nail Yakupov? Il est encore beaucoup trop jeune pour qu’on lui accole l’étiquette définitive de « flop ». Lui et Galchenyuk auraient peut-être pu se relancer ensemble comme à leurs beaux jours dans le junior.

Et surtout, il n’a coûté que 875 000 $!!

Bref, il appert de en plus à mon avis que Marc Bergevin n’a ni les outils, ni l’instinct, ni l’intelligence stratégique pour mener à bon port une barque tricolore qui coule de toutes parts. Les fans du CH n’ont été que bien trop patients jusqu’à présent et le succès continuel du club à la Billetterie – malgré les abus tarifaires honteux du marketing tricolore – vient déformer l’état réel de la situation. Tarifs des billets grossièrement élevés et nullement axés sur des budgets familiaux raisonnables de la classe moyenne, prix des marchandises (bière et nourriture notamment) absolument aberrants au Centre Bell, augmentation odieuse et injustifiée du coût des billets papier… sans oublier un contrôle de l’information maladif qui frôle la psychose dictatoriale. Le Canadien de Montréal abuse de ses fans depuis trop longtemps et il est temps que cela change.

Il devient urgent que Geoff Molson bouge avant qu’une cassure partisane se manifeste avec fracas.

Pourtant la situation n’est à mon avis pas si insoluble… notamment sur la glace. Là où plusieurs parlent du besoin d’arrêter de « patcher les trous» et de la nécessité d’une longue reconstruction complète, je suis pour ma part persuadé qu’une petite reconstruction express est tout à fait possible et pourrait nous donner un bon petit club enthousiasmant rapidement. J’en parlerai plus en détail dans un prochain article.

À propos de l'auteur

François Di Candido - Collaboration Spéciale

Laissez un commerntaire

Accessibilité