La dégradation des relations entre le Canada et l’Arabie saoudite qui a dégénéré en crise diplomatique majeure suite à une demande du Canada de libérer le blogueur Raif Badawi, emprisonné depuis des années pour avoir écrit des commentaires ayant déplu au régime, semble n’être qu’un prétexte. Et notre premier ministre canadien est ainsi tombé dans un piège qui comporte des ramifications semblant impliquer les États-Unis.

En effet, plusieurs observateurs sont d’avis que le président américain Donald Trump a collaboré avec ce pays arabe pour affaiblir Justin Trudeau et l’amener à se plier afin d’accepter ses conditions sur l’ALENA, d’autant plus que dans l’échiquier de cette région, les États-Unis veulent garder les seuls amis qui peuvent compter, du fait de fortes relations commerciales, notamment grâce à l’armement.

La stratégie politique incite beaucoup d’autres pays à la prudence. C’est le cas pour les Russes et bon nombre de pays européens qui ne souhaitent pas s’immiscer dans cette chicane somme toute anodine mais qui prend des proportions ahurissantes. Celles-ci cachent les véritables raisons incluant le peu d’échanges commerciaux, le Canada étant déficitaire en ce domaine, avec des exportations ne dépassant pas les 3 milliards de dollars.

Par ailleurs, il convient de noter, comme l’indique le chercheur international Jocelyn Coulon, que dans les dossiers plus alarmants comme les bombardements au Yémen par l’Arabie Saoudite où la séparation des familles par Donald Trump, pourtant dénoncée par sa propre femme Mélania, le Canada est resté silencieux, alors qu’il se présente comme défenseur des droits de l’homme. Mais on ne peut prétendre défendre des injustices liées à des individus et se taire vis-à-vis de ces atrocités en espérant adoucir la mauvaise foi d’un fanatique comme le président américain.

Le Canada est un grand pays qui doit s’orienter vers d’autres partenaires comme l’Europe, dans un marché plus vaste, afin de ne pas rester à la merci d’un voisin qui ne cherche qu’à imposer sa volonté dictatoriale, se croyant le maître du monde devant qui amis et ennemis doivent se plier.

 

Crédit photo bannière : Office of the President of the United States

À propos de l'auteur

Vincent Di Candido

Vincent Di Candido

Laissez un commerntaire

Accessibilité