En fonction du très prochain 75e anniversaire de la Libération de l’Italie à la fin de la 2e Grande Guerre mondiale, et de la fondation officielle subséquente de la Republica Italiana le 2 juin 1946, le Journal Échos Montréal rend ce mois-ci hommage à cette valeureuse et talentueuse communauté, qui par son savoir-faire et son incroyable capacité au travail a contribué au dynamisme de Montréal. Dans le cadre de ce dossier spécial, nous collaborons avec le Consulat d’Italie de Montréal d’une part, dont les portes sont toujours ouvertes pour aider les concitoyens Italiens dans leurs diverses démarches, ainsi qu’avec avec le Musée Pointe-à-Callière, en parallèle avec leur attendue exposition Montréal à l’italienne vient d’être lancée. Étant moi-même natif d’Italie, je tiens à féliciter tous mes compatriotes Montréalais ainsi que le peuple italien en général, et souligner la riche contribution de cette communauté au développement et au rayonnement international de la métropole montréalaise. Bonne lecture et Viva Italia!

Italia Republicana !

L’Italie, à l’histoire millénaire et au passé glorieux célèbre prochainement le 75e anniversaire de la Républica Italiana. Pour célébrer cette occasion, penchons-nous un sur quelques-uns des attraits distinctifs de ce pays magnifique et au destin extraordinaire, qui a façonné à lui seul plusieurs jalons de l’histoire humaine. 

Fontaine de Trévi

De cette époque et de tous les Césars successifs, dont Jules, qui l’ont gouvernée souvent de manière tyrannique et rêvaient tous de conquérir le monde, on conserve une influence marquante sur la politique, l’art, les mathématiques, la religion et la culture qui se ressent encore partout dans notre ère moderne, de même d’innombrables trésors architecturaux, dont le fameux Colisée de Rome. 

D’une certaine façon le siège populaire de César, le Colisée était l’endroit où les gladiateurs combattaient jusqu’à la mort, aidant ainsi le souverain à distraire la populace et à calmer la grogne des citoyens de Rome, en leur offrant «du pain et des jeux». 

Esplanade Michel-Ange, Florence

Un peu plus haut nous rencontrons la belle Florence, berceau de la Renaissance et ville-phare de création pour plusieurs des plus grands artistes que l’Humanité ait connus, tels que Leonardo Da Vinci, Raphaël et Michel-Ange. On pourrait passer des heures sans jamais se lasser dans ses nombreux musées historiques qui attirent les amoureux de la peinture, voulant se ressourcer au sein dans cette jolie ville et au milieu des grands noms célèbres. Tout au plus ferions-nous une petite pause dans le temps pour confortablement assis à côté d’une des nombreuses somptueuses fontaines de Florence, déguster un savoureux sandwich ou une délicieuse gelato (glace) dont les Italiens sont passés maîtres.  

Gondole à Venise

Plus au Nord encore, se retrouve la sublime Venise, ville unique en son genre au monde construite sur des milliers de pilotis, et qui attire chaque année des millions de touristes pour visiter les palais des doges se promener en gondoles et se prélasser sur la place Saint-Marc. Au passage, un petit détour s’impose dans un petit village situé à proximité, celui de Murano, reconnu pour des chefs d’œuvres d’artisanat dans la verrerie.

Bien sûr, avec un pays en forme de botte, il est évident que cela prédestinait aussi l’Italie à être la capitale mondiale de la mode.

Défilé de mode, Milan

Symbole du luxe et de l’élégance, situé à l’extrémité nord du pays et presque à la frontière suisse, c’est à Milan que les afficionados de la haute couture, les plus grands designers de renommée mondiale et les influenceurs des nouvelles tendances se rassemblent. Parfums, sacs à main, maquillage, nouvelles créations vestimentaires les plus en vue, etc… c’est là que le luxe et l’opulence s’étalent aux yeux du monde (et des grandes fortunes), un trait que Milan partage avec une ville voisine, Turin, où par ailleurs l’on retrouve la Juventus, club mythique du football mondial, mais également le siège du Saint-Suaire, relique religieuse emblématique pour tous les croyants qui aurait possiblement enveloppé le corps du Christ après sa mort…  

Pizzaiolo, Naples

Plus bas la ville mythique de Naples – que l’on associe surtout un peu injustement à un des lieux de la naissance de la mafia mais qui en réalité offre une quantité phénoménale de paysages d’exception et une cuisine extrêmement raffinée – sert aussi comme point de départ pour visiter Capri, la Sardaigne, et la fameuse Grotta Azzura aux eaux turquoise, et enfin dernier lieu mais non le moindre, les vestiges de la fameuse ville ancienne Pompéi, tragiquement engloutie par la lave lors de l’éruption du Vésuve.

En bas de la botte italienne (Stivale), au niveau des orteils, nous traversons la mer pour rejoindre la grande île de la Sicile avec sa terre montagneuse et aride visitée par les touristes retrouvant le goût de la nature. Ce coin de pays a été le théâtre de rudes batailles entre Garibaldi, qui voulait unifier l’Italie, et la classe bourgeoise qui contrôlait le territoire et désirait garder le peuple dans la pauvreté.

Oliviers, Pouille

Enfin, je m’en voudrais de ne pas parler de mon lieu natal, le village médiéval de Corato, qui ne fait pas de promotion touristique mais qui reçoit chaque année des milliers de Coratins en pèlerinage voulant retrouver leurs sources. Une majorité d’entre eux fait le trajet de Grenoble (France) pour la fête au mois d’août de Saint-Cataldo, sa richesse de la terre produit de l’huile d’olive, des pâtes, du vin, etc. L’heure del pomerizzio (après-midi) la sieste est quasi-sacrée, prière de ne pas déranger!

Républica Italiana – 75e anniversaire!

Le 2 juin 2021 l’Italie démontre sa fierté en célébrant le 75e anniversaire de naissance de la République, cette fête se compare aux fêtes nationales du 4 juillet en Amérique et le 14 juillet en France. Adoptée par référendum citoyen après la tragique seconde grande guerre mondiale, cette date marqua la fin de la monarchie italienne, et la libération du peuple italien d’envers la bourgeoisie fasciste et la gouvernance totalitaire de Mussolini, qui régnait sans contestation depuis une vingtaine d’années sur l’Italie. Pour les couleurs du drapeau adopté en 1797, on s’inspire de celui de la République Française née sept ans auparavant et le choix se porte sur les couleurs vert-blanc-rouge, qui symbolisent également que l’Italie se veut désormais une république fondée sur le travail, l’olivier indique la volonté de paix de la nation, la fraternité internationale.

Enfin, il convient de noter que pour le référendum (2 juin 1946) pour la première fois les femmes ont eu droit de vote, elles qui par ailleurs ont aidé à chasser l’occupation nazie de la Normandie, laissant la nation libérée pour la mise en place du parlement et l’élection représentative de la députation. C’est une date qui a marqué l’histoire italienne et qui se fête d’une façon grandiose!

À propos de l'auteur

Vincent Di Candido

Laissez un commerntaire