Le Musée McCord entreprend l’année avec une exposition percutante de Kent Monkman, un artiste canadien de descendance crie et irlandaise, qui explore les représentations des Amérindiens à travers l’art. Avec une série de films, de peintures, d’installations et de performances, qu’il présente sous les traits de Chief Eagle Testickle, il a bâti l’exposition Honte et préjugés  : une histoire de résilience, qui sera présentée du 8 février au 5 mai 2019.

Kent Monkman, Reincarceration, 2013, acrylique sur toile, collection du Musée Glenbow

Né à St.Marys en Ontario, l’artiste multidisciplinaire est connu des habitués du circuit muséal de la métropole  : en 2013, il avait créé un tableau en hommage à Montréal, Bienvenue à l’atelier, lors du programme Artiste en résidence du Musée McCord. Six ans plus tard, il revient à la charge avec une exposition acclamée un peu partout au pays. Mettant en lumière l’un des volets les plus honteux de l’histoire canadienne, il expose les conséquences des politiques génocidaires sur les peuples autochtones d’un océan à l’autre, les multiples préjugés que ceux-ci doivent affronter depuis des siècles et leur rapport avec les peuples colonisateurs, en particulier avec les artistes qui tentaient de les représenter dans leurs créations.

Kent Monkman, The Scream, 2017. Acrylique sur toile. Collection du Denver Art Museum, fonds d’acquisition, Arts autochtones.

Les visiteurs pourront suivre la réflexion de Kent Monkman à travers le regard de son alter ego spirituel, sorte de témoin des moments clés de l’histoire des peuples autochtones canadiens. Son point de vue, à la fois satirique et incisif, se portera sur neuf chapitres thématiques qui permettront de mieux comprendre les conséquences de politiques colonialistes datant d’une époque pas si lointaine. Il sera entre autres question des pensionnats autochtones, dont le dernier a fermé ses portes en 1996, de famine, de maladie, ainsi que de l’arrivée de Wolf et de Montcalm. L’exposition illustrera également la résilience des peuples autochtones à travers le temps.

 

Crédit photo bannière : Kent Monkman, The Daddies, 2016. Acrylique sur toile. Collection de Christine Armstrong et Irfhan Rawji.

À propos de l'auteur

Samuel Larochelle

Samuel Larochelle

Laissez un commerntaire

Accessibilité